Le guide Michelin

"À l’instar du personnage éternel créé par Rabelais, le chef Jason Gouzy, un rémois trentenaire, est généreux – une générosité qu’il teinte d’une belle finesse, celle qu’il a apprise à l’école Ferrandi puis qui s'est exprimée progressivement à l’Assiette champenoise, au Bristol et au Baudelaire (hôtel Burgundy). (...)"

Lire ici

Le parisien

"Pour les fêtes, le Pantagruel préparait un pithiviers de canard à la croûte bien dorée… que l'on aimerait bien revoir en janvier !

Lire ici

AD Magazine

"Le chef propriétaire Jason Gouzy décroche le graal de la première étoile grâce à sa cuisine terrestre qui célèbre à la fois le meilleur de la gastronomie française pure souche – pithiviers et foie gras en sont les plus beaux exemples –, mais aussi les mariages audacieux à l’image de la tartelette chou-fleur et haddock ou de la carotte pourpre, sardine et coriandre. "

Lire ici

Guide Lebey

"Jason Gouzy est un personnage immensément rabelaisien. Avec son second Youri Gugliotta, l'ambiance en cuisine est plutôt à la fête, comme en salle d'ailleurs.  (...)"

Lire ici

Très très bon

"Façade bleu nuit, tables nappées et vaisselle fine : ce restaurant élégant n’a rien de l’esthétique rabelaisienne. Le trentenaire Jason Gouzy s’y est installé fin 2019 pour créer une table un peu chic en prenant des partis pris audacieux. "

Lire ici

Hungry onion

"We were impressed by the work on each dish. Each course was cooked perfectly and presented beautifully. The duck dish didn’t disappointed. Staff was friendly and professional. We were given the choice of seats, and obviously we chose the kitchen view. There were 5 persons working in the kitchen, they didn’t look stressed and worked in a rather relax rhythm."

Lire ici

Paris Update

"This brand-new restaurant is the first for chef Jason Gouzy (ex-Bristol and -Galopin), but he is surely destined for a great future and the notice of Michelin. Get there before a reservation becomes impossible to obtain."

Lire ici

Le Figaro

"Chez lui, quelque chose du jeune premier de cuisine, passé par le Bristol, le Burgundy, le Galopin, motivé à oxygéner la cuisine de répertoire quand sa génération se plairait plutôt à gazouiller des assiettes de jardinage. " par Emmanuel Rubin

Lire ici

Resto sur le grill

"Ca vaut le déplacement largement. Chacune des préparations se révèle très plaisante, généreuse et gourmande, donnant envie de revenir tenter la formule dégustation (et son pithiviers qui a l'air assez magnifique)." Par Arnaud Morisse

Lire ici

BFM Paris

Lire ici

Vogue

"Formé à l’école Ferrandi, le chef Jason Gouzy a d'abord fait ses armes à l’Assiette champenoise, au Bristol et au Baudelaire avant de prendre les commandes de Pantagruel. Dans le quartier du Sentier, le chef joue sur les textures et les associations terre-mer."

Lire ici

EasyJet Traveller

Pantagruel est le paradis des gourmets / 

Ancien de la haute gastronomie Le Bristol, le chef Jason Gouzy évoque le géant glouton Pantagruel de l'écrivain de la Renaissance dans son restaurant du 2 ème . Ici, les plats principaux sont en fait un défilé de trois plus petits, chacun utilisant les mêmes ingrédients principaux de manière originale."

Lire ici

Télérama Sortir

"Façade bleu nuit, tables nappées et vaisselle fine : ce restaurant élégant n’a rien de l’esthétique rabelaisienne. Le trentenaire Jason Gouzy s’y est installé fin 2019 pour créer une table un peu chic en prenant des partis pris audacieux. "

Lire ici

Placescope

"Verdic : une jeune table qui a déjà tout d'une grande"

Paris by mouth

"There are meals that are tasty, and then there are meals that give you goosebumps. Pantagruel offers the latter: a meal so layered and precise you half-forget why you convened the people around the table. Instead, you become hell-bent on talking, not about your job or your kids, but about what’s going on on the plate."

Lire ici

John Talbott

"Pantagruel in the 2nd: "This is wonderful": Another star-gazing super-chef (Jason Gouzy) with 3-fers"

Lire ici

L'Officiel

"Placer un restaurant sous le signe de l’ogre Rabelaisien présente l’avantage d’annoncer la couleur - ici, la voracité est bienvenue et le plaisir innocent - et l’inconvénient de ne pas tenir la promesse de prouesses gastronomiques." Par Baptiste Piégay

Lire ici

Le chef Magazine

"Désormais aux commandes de son propre restaurant, fruit de ses voyages et de ses diverses expériences professionnelles, le chef propose à ses convives des plats ainsi que des desserts servis en 3 temps, afin d’aller au bout de chaque produit et d’apporter davantage de gourmandise."

Lire ici